03 89 27 09 67 contact@groupenad.fr

On reconnaît aujourd’hui le syndrome de Diogène ou le syndrome selon trois critères signifiants :

Un rapport au corps et à l’hygiène compliqué. Le syllogomane souffre d’incurie et se lave peu (ou ne se lave plus.)

Le lieu de vie du syllogomane est sujet à un entassement excessif. Certaines parties de leur logement devient inaccessible.

Les syllogomanes ont des difficultés à tisser des liens avec autrui.

Association et syllogomanie : comment venir en aide aux personnes atteintes de Diogène ou de Noé et en situation d’isolement ?

Quel profil pour le syllogomane ?

S’il n’existe pas de réel profil type du diogène, un trait commun les distingue : l’isolement. En effet les individus atteints de syllogomanie ont une forte tendance au repli ce qui rend leur identification d’autant plus difficile. Quelques chiffres prévalent cependant :

  • La plupart des diogènes sont des femmes
  • Les individus de plus de soixante ans comptent parmi les plus touchés
  • 75% des diogènes recensés vivent seuls.

La plupart des cas de syllogomanie rapportés concernent donc des personnes âgées, souvent veufs ou veuves. La plupart d’entre eux ont fait face à décès ou à un divorce vivent avec le poids psychologique de cette “séparation”.

S’il existe des diogènes très propres sur eux et élégants, beaucoup d’entre eux souffrent d’incurie. Cela ne facilite en rien la détection d’un quelconque trouble.


Comment aider un syllogomane ?

Vous pensez compter un entasseur compulsif dans votre entourage ou votre voisinage ? Cherchez tout d’abord à engager la conversation avec lui à ce sujet : comment se sent-il ? Se plaît-il dans son environnement de vie ? Est-il conscient de sa condition ?

Vous ne disposez pas forcément des connaissances nécessaires pour traiter la pathologie, mais vous pouvez faire appel à une association ou un organisme plus à même de prendre en charge la syllogomanie. Parmi eux :

En effet des logements trop encombrés et sales peuvent mettre le diogène en danger. Le service de l’habitat fait appel aux acteurs adéquats pour désencombrer et désinfecter les lieux et fait appel à des professionnels qualifiés pour venir en aide aux syllogomanes.

  • Des associations luttant contre l’isolement des personnes âgées, principales victimes de la pathologie, comme Mona Lisa qui rassemble 461 organisations mobilisées ou Les Petits frères des Pauvres. Le but est pour ces associations de reconstruire les liens sociaux et d’interagir directement avec les individus isolés pour redonner du sens à leur vie.

Ainsi, une prise en charge par Mona Lisa ou une des nombreuses mobilisations partenaires peut aider le syllogomane à se reconnecter à autrui et à lui même. En cas de syndrome avérée, elles sont en mesure de contacter les acteurs adéquats.

  • Des réseaux de charité à l’image de la société Saint Vincent de Paul ou du Secours Catholique qui seront en mesure de prendre en charge des individus isolés et en difficulté de manière bénévole et locale. La plupart des diogènes se trouvent en effet en situation précaire.

Les individus atteints de syllogomanie doivent être rassurés, accompagnés, motivés et re-connectés à leur environnement. Faire appel aux organismes et associations adaptés consistera en un premier geste de considération et de soin, tout en bienveillance.