Pompes funèbres après décès

Quel est le rôle d’une gérante de pompes funèbres dans l’après décès ?

Lors d’un décès, l’entreprise de pompes funèbres intervient au domicile du logement, c’est souvent la première personne que l’on appelle en cas de décès. Mais le gérant de pompes funèbres ne fait pas uniquement cela. En effet, il y a une multitude de missions qu’il réalise. Ce mois-ci nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec une gérante de pompes funèbres, Vincent Katty. En lisant cet article, le métier de gérant de pompes funèbres n’aura plus aucun secret pour vous.

Le métier de pompes funèbres

 

Bureau de Vincent Katty
Un accueil chaleureux

D’où vient ce métier ? Les croque-morts étaient les premières personnes qui s’occupaient des personnes défuntes. Il existe plusieurs théories pour son origine. La première est qu’à l’époque ils mordaient l’orteil du défunt pour savoir s’il était bien décédé ou non. Et la seconde est que les personnes rassemblaient les défunts avec des crochets, d’où le nom crocs, croque-mort durant les épidémies de peste au Moyen Age. Quant à son étymologie, elle vient de la Rome Antique, « pompa funebris » c’était les cortèges organisés pour la mort d’une personnalité importante. Le sens du mot pompes funèbres pourrait donc venir de cette pratique. A ce jour, les pompes funèbres sont chargés de l’organisation des obsèques. Le métier de pompes funèbres ne datent donc pas d’hier. Il continu même de se développer, tout en se différenciant de certaines pratiques.

 

La diversité des missions

 

Les missions du gérant de pompes funèbres sont très large mais la principale est la gestion administrative. Par exemple avec la mairie, le cimetière, le crématorium. Cette charge administrative prend souvent beaucoup de temps car il faut vérifier chaque détail pour s’assurer que tout est juste. Il faut s’occuper de l’inventaire, de la gestion des stocks, des achats et faire le suivis des règlement des factures. Et il y a bien entendu toute la partie gestion du personnel. En effet, chacun a une mission attribué comme par exemple la mise en bière, la cérémonie etc.  En tant que gérant de pompes funèbres le plus important est d’être polyvalent pour pouvoir diriger tous les secteurs.

 

La difficulté du métier

 

Lorsqu’on est le gérant d’une entreprise, on ne peut que connaître le stress. Beaucoup de choses reposent sur vous. Parfois, c’est la panique. Il faut penser à tout, tout le temps. Vous n’avez plus de répits. Mais au-delà de cela, vous aimez par-dessus tout votre métier. C’est la passion. Etre gérante de pompes funèbres est donc loin d’être de tout repos. Et la tristesse des familles qui ont perdu un être cher est inconsolable. Dans ce métier, il est indispensable d’avoir de l’empathie. Par ailleurs, il ne faut pas être une éponge et absorber toute la tristesse des familles. Il faut prendre assez de recul pour bien travailler. Il y a également une charge physique car on doit porter des charges parfois lourdes. Mais si vous aimez votre métier, les difficultés se font moins ressentir.

 

L’affinité avec la mort d’une gérante de pompes funèbres

 

Gérante de pompes funèbres
Vincent Katty, gérante de pompes funèbres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La mort est un sujet délicat. Mais pour les personnes exerçant des métiers dans le monde du funéraire c’est leur quotidien. Tous les jours ils sont face à la mort et aux familles des défunts. Pour certaines personnes la mort est un sujet à éviter, pour d’autres ils en font leur sujet de prédilection. Alors, comment une gérante de pompes funèbres voit-elle la mort et pourquoi en a-t-elle fait son métier ?

 

L’après décès, une vocation

 

Etre gérante de pompes funèbres est le projet de vie de Vincent Katty. Et elle l’a réalisé. Mais pourquoi a-t-elle eu cette vocation ? Ce qu’il l’a motivé par-dessus tout à ouvrir sa propre agence était l’envie…Même peut être le besoin, de faire les choses à sa manière. Suite à son retour d’expérience dans le funéraire, ce qu’elle souhaite par-dessus tout c’est le bien-être des familles et le respect envers les défunts. Elle voulait changer le court des choses, innover. Comment ? En changeant les mentalités, rendre les funérailles moins tristes de ce qu’elles sont généralement. « Les moments où l’on peut être utile dans la vie sont à la naissance et à la mort » La naissance ne l’intéressait pas. Alors, elle a choisi la voie de l’après décès. Son métier fait sens pour elle, chaque matin elle sait pourquoi elle va travailler ; pour apporter son aide.

 

Une vision intrigante de la mort

 

« Je l’aime bien. » La mort est naturelle, elle fait partie de la vie. Elle est belle, car il n’y a pas forcément de souffrance pour le défunt…Lorsqu’elle cherche les défunts sur les lieux du décès ; les défunts ont l’air apaisés. En effet, lors d’un décès dû à une mort naturelle, le visage du défunt semble reposé, avec même un sourire parfois. La mort serait donc tout autre que souffrance. Jusqu’à la dernière seconde les personnes ressentent des émotions. Il est essentiel de prendre soin des défunts et des les respecter. Le but de ce métier est de prendre soin et d’honorer nos défunts.

 

Nous pouvons conclure sur ces mots, le métier de gérante de pompes funèbres est beau mais pas de tout repos. Ces derniers temps la vision qu’ont les personnes au sujet de la mort est plus tabou qu’à l’époque. Actuellement, nous ne sommes plus confrontés à voir nos défunts, nous parlons rarement de la mort et le risque est de ne pas anticiper nos propres obsèques ou celle de nos proches. Pourtant, la mort est naturelle et c’est une fatalité. Alors, si vous souhaitez prendre en main en choisissant vos obsèques, vous pouvez vous rendre sur le site internet de Vincent Katty https://colmar.pompesfunebresdefrance.com/ Vincent Katty soutient le Groupe NAD qui est spécialisé dans le nettoyage après décès. En effet, nous sommes amenés à intervenir auprès des familles qu’elle conseille. Pour elle, le Groupe NAD est une société de confiance. Elle est investit et compétente dans son métier. C’est un métier qui mérite d’être plus connu car le nettoyage après décès est indispensable. Il faut mettre en garde sur les risques bactériologiques et psychologiques de faire le nettoyage après décès soi même. Il existe un métier pour tout. Le nettoyage après décès est la continuité du métier de gérante de pompes funèbres.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux:

Facebook
Twitter
LinkedIn
Retour haut de page