syndrome de diogène et paranoïa

Syndrome de Diogène et Paranoia ?

Le syndrome de Diogène, parfois déjà bien compliqué à gérer pour les familles des personnes atteintes cohabite parfois avec des troubles de la personnalité paranoïaque. Quand cela arrive, il devient encore plus difficile de faire prendre conscience au patient que son état peut le mettre en danger. Comment identifier la paranoïa et, surtout, réagir face à celle-ci ? 

 

La paranoïa : un effet secondaire du syndrome de Diogène

Le syndrome de Diogène peut être identifié lorsqu’un individu accumule et entasse des objets divers, sans pour autant en prendre soin. Pire, elle ne prend même plus soin d’elle-même, ni de son environnement, en venant à vivre dans des conditions proches de l’insalubrité.

Ces patients sont rarement conscients que leur comportement et leur modede vie peuvent les mettre en danger. Si même les professionnels peuvent rarement agir avant avant que la situation ne devienne vraiment alarmante pour les proches, celle ci s’alourdit considérablement avec la paranoïa.

En effet, à ce stade, la personne refuse toute proposition d’aide. Pire encore, elle la considère comme une intrusion, voire une agression. L’assistance est pourtant nécessaire, et il s’agit de trouver les moyens de l’apporter.

 

Comment réagit une personne souffrant de paranoïa ?

Pour aider une personne atteinte du syndrome de Diogène et de paranoia, il faut avant tout la comprendre. Rentrer dans l’esprit d’une personne souffrant de paranoïa, c’est savoir que pour elle :

  • ceux qui l’entourent lui mentent, ils veulent la manipuler ;
  • personne n’est digne de confiance, ni la famille, ni les amis, et certainement pas les professionnels ;
  • il est plus prudent de garder ses secrets, pour que rien ne soit retourné contre elle ;
  • tout peut être interprété de manière négative. Le moindre soupir, le moindre haussement de sourcil est un signe que vous lui voulez du mal.

De telles pensées, comme la tension permanente qui en découle, peuvent susciter un comportement agressif. La personne atteinte réagit comme un animal acculé.

Quand la paranoïa se cumule au syndrome de Diogène, il faut absolument tenir compte de cette peur constante avant d’agir.

 

Comment lui venir en aide ?

 

Il n’est pas souhaitable, pour un patient atteint du syndrome de Diogène et de paranoia, comme pour ses proches et même ses voisins, de laisser cette personne gérer seule son environnement. Les risques de voir apparaître des nuisibles ou que des incendies et autres catastrophes se déclenchent sont trop importants.

Quand la paranoïa vient en plus s’y ajouter, il faut donc chercher à gagner sa confiance. Le convaincre que son attitude le met en danger reste cependant un processus très long, voire épuisant. Une personne qui ne comprend pas qu’elle doit être soignée ne pourra pas guérir.

L’assistance médicale peut alors être requise. Il existe des neuroleptiques qui limitent les effets délirants de la maladie et qui se justifient dans le cas de la paranoïa (et pas quand le syndrome de Diogène est le seul symptôme présent).

 

Vous ne devez pas rester démuni face à une personne atteinte du syndrome de Diogène et présentant des symptômes de la paranoia. Lui venir en aide suppose bien plus que de nettoyer son logement quand elle a le dos tourné. Le nettoyage et le rangement sont indispensables, mais ils seront incessants si le problème de fond n’est pas traité.

 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Retour haut de page