03 89 27 09 67 contact@groupenad.fr

Nettoyer une scène de crime ou un lieu contaminé requiert une certaine minutie. Toutefois, il s’agit également de privilégier les bonnes techniques de désinfection et de purification pour un nettoyage sans risques.

Les équipes de nettoyeurs du Groupe Nad s’emploient donc à éliminer toutes les nuisances visuelles et olfactives présentes grâce au bionettoyage. Comment fonctionne le bionettoyage ? Quels sont ses avantages et quel matériel est nécessaire pour une désinfection optimale ?

Comment fonctionne le bionettoyage ?

Le bionettoyage est une technique d’assainissement qui consiste à éliminer les micro-organismes incrustés sur les surfaces en milieu sensible. Avec le temps, les bactéries sont devenues plus résistantes aux produits d’usage et les protocoles de nettoyage ont évolué.

Le procédé du bionettoyage est mis en oeuvre dans les milieux hospitaliers, comme les EHPAD.

Le protocole type du bionettoyage se décompose en trois parties :

  • Un nettoyage en profondeur pour éliminer le biofilm (les salissures visibles ainsi que les micro-organismes s’étant développé) grâce à un détergent.
  • Un rinçage pour éradiquer le biofilm “immobilisé” par le détergent.
  • Une désinfection radicale par pulvérisation d’un produit contenant des biocides finalisant la destruction du biofilm.

A savoir que le nettoyage, le rinçage et la désinfection s’effectuent de manière combinée grâce à des produits puissants.

Le but est de préserver la santé des occupants du lieu désinfecté ou de réhabiliter une habitation victime de l’accumulation massive d’un Diogène.

Quels sont les avantages du bionettoyage ?

Le nettoyage et la désinfection à la vapeur sont des procédés techniques de bionettoyage que que nous préconisons. En effet, l’idée est de préserver la santé des habitants du logement grâce à ce procédé sans risques. Un protocole de bionettoyage bien exécuté présente les avantages suivants :

  • Est écologique
  • Elimine le biofilm de manière efficace sans endommager les surfaces
  • Ne présente pas de danger pour la santé car non corrosif et non allergène
  • Ne nécessite pas de détergents chimique
  • Ni rejet ni diffusion de micro-organismes dans l’environnement
  • Pas de prolifération de bactéries supplémentaires

Un bionettoyage doit impérativement être réalisé par des professionnels. Certains produits, si manipulés sans protection imperméables, peuvent en effet représenter un danger.

Quel matériel pour bien désinfecter les lieux ?

Si le protocole de bionettoyage doit être très stricte, le matériel et les machines utilisées peuvent varier. Pour garantir un nettoyage sûr et pour minimiser les risques de contamination croisée, le Groupe Nad privilégie un matériel décontamination adéquat :

  • Un générateur d’ozone pour désinfecter l’air de tout virus et micro-organismes.
  • Un nébulisateur pour désinfecter les surfaces par voie aérienne
  • Un aspirateur de classe H pour les salles blanches en milieu hospitalier.  Ne rejette aucune particule dans l’air ambiant pour préserver la santé des patients ou des individus sensibles.
  • Un aspirateur vapeur pour un nettoyage des sols en profondeur et sans produits chimiques aucuns. Il s’agit d’une technologie embarquée permettant la décontamination des liquides aspirées.

Pour plus de sécurité, toutes les machines sont normées et régulièrement contrôlées. Un nettoyage non-agressif est primordial car il représente un premier geste de soin pour un individu sensible en milieu hospitalier ou protégé.

Pourquoi choisir le bionettoyage lors d’une intervention post-diogène ?

Si un cas de syllogomanie n’est pas pris en charge assez tôt, les conséquences peuvent aller jusqu’à l’insalubrité morbide, provoquant l’infestation des lieux par des nuisibles.

Dans certains cas, le manque d’entretien de l’électroménager et du logement peuvent donner lieu à des incendies. A cela s’ajoute la prolifération de bactéries, de moisissure, et autres champignons potentiellement dangereux pour l’individu.

Une fois les premières étapes d’identification et de prise en charge médicale du syllogomane, il s’agit de procéder à un bionettoyage minutieux du logement occupé.

Ainsi bionettoyage permettra en effet d’assainir les lieux en profondeur.

D’autre part, il se peut qu’en plus du capharnaüm et de la saleté, des petites bêtes aient proliféré en toute liberté. Faites appel à une équipe de nettoyage qualifiée et spécialisée pour plus de sérénité.

Pourquoi choisir le bionettoyage après un décès ?

Un corps en putréfaction est porteur de germes et donc de risques de maladies. Il est de ce fait essentiel de nettoyer et de purifier les lieux de fond en comble, du moins tant que la zone est accessible.

Pour éviter d’utiliser des produits chimiques agressifs, avec le risque d’interactions non maîtrisées, le bionettoyage est nécessaire et fortement préconisé.

Les produits utilisés sont en effet particulièrement efficaces pour détruire les tâches de fluides et de déjections corporelles.

Par mesure de sécurité, les professionnels habilités devront se débarrasser des tissus utilisés pour nettoyer et purifier les autres tissus non touchés directement présents dans la pièce.

Pourquoi choisir le bionettoyage en milieu hospitalier ?

La sensibilité des patients en milieu hospitalier et notamment lors d’une intervention exige un rituel de désinfection très efficace. En effet, les zones présentant le plus de risques de propagation sont :

Les chambres d’hôpital

Le principal risque en chambre d’hôpital reste l’infection nosocomiale, c’est à dire une infection contractée en établissement de santé.

Les maladies infectieuses représentent un risque non négligeable au sein des structures sanitaires et sociales.

Les patients sont souvent très malades, fragilisés et particulièrement exposés aux infections endémiques et épidémiques.

En milieu hospitalier, les patients passent la majorité du temps dans leur chambre. Aussi, l’on doit désinfecter cette dernière avec le plus grand soin, notamment en cas de salissures visibles.

Les EHPAD

Les maladies infectieuses représentent un risque non négligeables au sein des EHPAD et des services de gériatrie en général.

Les patients sont âgés, souvent malades, et leur système immunitaire est fragilisé.

Il est donc impératif de préserver l’environnement dans lequel ils évoluent pour minimiser les risques d’infection endémique et épidémique.

Les équipes sanitaires se doivent d’éviter la propagation des germes et des bactéries en respectant les protocoles du bionettoyage à la lettre.

On recommande une procédure complète de bionettoyage au sein des services de néonatologie, des grands brûlés et de chirurgie.

Les blocs opératoires

S’il est logique d’entretenir ses locaux, il l’est d’autant plus de privilégier le bionettoyage pour un bloc opératoire.

Lors d’opérations chirurgicales, le risque d’échappement de fluides contaminés est particulièrement élevé. La faune bactérienne peut alors se développer très vite au contact de l’air et altérer la qualité de l’environnement, supposé rester aseptisé.

Les professionnels de l’hygiène en milieu médical s’entendent sur le fait qu’un bionettoyage fréquent (après chaque intervention) est nécessaire.

La salle d’intervention doit être entretenue systématiquement, peu importe la nature ou le degré d’urgence de l’intervention.

Dans chacun des cas, un protocole de nettoyage journalier et un entretien plus ponctuel d’entrée et de sortie sont requis.


L’état de propreté des lieux communs et des salles d’intervention est régulièrement contrôlée. Le but est de limiter le développement du biofilm et d’éviter tout risque d’infection entre les patients.