03 89 27 09 67 contact@groupenad.fr

Certaines maladies mentales trouvent leur source dans l’histoire ou la mythologie.

C’est le cas du syndrome de Diogène, nommé ainsi en hommage au célèbre philosophe dont la plupart des écoliers ont surtout retenu qu’il vivait dans un tonneau. Néanmoins, c’est bel et bien son style de vie qui est la cause de cette appellation.


Quelques notions d’histoire

Le syndrome de Diogène a été nommé ainsi pour la première fois en 1966 par deux psychiatres anglais, Mac Millan et Shaw. Si, à l’époque, les conditions d’hygiène de leurs patients, souvent des personnes âgées, les avaient alertés, la science a évolué depuis.

C’est donc en 1975 que cette pathologie se voit nommée “Syndrome de Diogène” en référence à Diogène de Sinope, qui vivait en marginal dans les rues d’Athènes.

Les signes distinctif du Diogène

Aujourd’hui, on reconnaît un syndrome de Diogène dès lors que trois critères retiennent l’attention :

  • L’individu présente un manque d’hygiène notable, ne se lave plus, ne se soigne plus.
  • Le lieu de vie de l’individu est sujet à un entassement excessif, si bien que certaines parties de sa demeure devient inaccessible. L’inverse est toutefois possible avec un logement nu, vide, tout aussi symptomatique.
  • Les relations de l’individu sont défaillantes. On note régulièrement que les Diogènes s’excluent de la société et vivent de manière excessivement isolée.

Comment cette maladie se déclare t-elle ?

Il est assez rare qu’une personne présentant ce syndrome le développe du jour au lendemain. Des éléments déclencheurs peuvent en être à la source :

  • Décès d’un conjoint ou proche, notamment chez les personnes âgées.
  • Coupure, déchirure familiale
  • Rupture sentimentale, divorce
  • Peur panique du manque, de la pauvreté

L’éveil du syndrome de Diogène est fortement corrélé au sentiment de solitude et d’impuissance. En effet, les individus se retrouvent seuls et n’ont plus intérêt à entretenir leur corps ou leur logement. Ils sont alors pris dans un engrenage dont ils ne peuvent plus s’extirper.


Quelles sont les personnes les plus concernées ?

Il n’existe pas de profil type. Toutes les tranches de la population peuvent être concernées. Les statistiques relèvent toutefois quelques prévalences :

  • Le syndrome touche une majorité de femmes (un chiffre qui peut s’expliquer par l’espérance de vie, plus longue)
  • Les personnes âgées (plus de soixante ans) comptent parmi les plus touchées
  • 75% des Diogènes vivent seuls
  • La plupart des Diogène présentent une intelligence et une sensibilité au dessus de la moyenne

D’autre part, il n’existe pas de lien direct entre la situation socio-professionnelle d’un individu et sa pathologie. On trouve aussi bien des Diogène en situation précaire que dans des milieux aisés.


Comment se manifeste le syndrome ?

Le type d’habitat du Diogène n’a aucun impact sur sa propension à accumuler. Parfois, seules certaines pièces sont concernées. Par exemple, certains individus auront tendance à accumuler dans leur garage ou un cabanon.

Cependant, l’entassement ne tarde pas à envahir l’entièreté de l’espace de vie. Souvent, les Diogènes n’ont plus de place pour vivre dans leur habitation et se retrouvent à la rue dans le pire des cas. En accumulant ainsi, ils se mettent irrémédiablement en danger.


Quels sont les risques potentiels  ?

Les risques notables sont donc principalement liés à la santé et à la sécurité de l’individu touché.

En entassant de la nourriture, des objets divers, ou même des animaux dans leur logement, les Diogène s’exposent à des risques de chute, de maladie et de mauvaises odeurs.

Il arrive même que certains logements présentent des nuisibles, des germes, des fuites d’eau ou encore des zones propices aux incendies.

Les conséquences sur la santé du Diogène

Bien souvent, les Diogènes sont découverts grâce à un appel de leurs voisins aux autorités. Ils peuvent donc être pris en charge à temps. Dans des situations plus graves, une hospitalisation est nécessaire.

Les individus touchés peuvent être victimes de :

  • Maladies infectieuses dues aux champignons
  • Intoxications
  • Brûlures ou engelures
  • Démence due à la solitude

Il arrive parfois même que certains Diogène meurent étouffés, ensevelis suite à une chute de bibelot ou de meuble.

Les premiers gestes à adopter

Il faut encore trop souvent une catastrophe avant qu’une personne souffrant du syndrome de Diogène ne soit prise en charge.

Comme les malades refusent d’être aidés, il sera nécessaire d’adopter une approche subtile et non-violente. Il s’agit de se positionner en tant que médiateur et d’amener le Diogène à réfléchir sur lui-même.

Cette démarche reste épineuse, au vu du fait que la plupart des Diogènes refusent de reconnaître que leur attitude peut être un problème, voire une mise en danger d’eux-mêmes comme d’autrui.

Si besoin, il est possible de faire appel à des associations spécialisées.

Comment prendre en charge une personne atteinte ?

Des organismes qualifiés peuvent proposer une prise en charge complète et qualifiée. En effet, s’occuper seul des soins d’un Diogène est exclu. Chaque cas requiert une approche différente. Procéder par étapes est primordial :

  1. Vider le logement
  2. Faire appel aux organismes de santé qualifiés pour traiter la pathologie
  3. Établir un nouveau lien de confiance pour aider à la personne à ne pas replonger.
  4. L’accompagner dans toutes les démarches nécessaires

Quel traitement pour un Diogène ?

Sans pour autant faire preuve d’ingérence, l’aspect pathologique n’est pas toujours reconnu par la loi.

Une approche pluridisciplinaire (cumulant des liens avec un psychiatre, les services sociaux, le médecin traitant), coordonnée par une équipe médico-sociale, pourra s’avérer nécessaire.

Dans tous les cas, il importe de ne pas laisser ces personnes seules face à leur maladie, car elles sont incapables d’en sortir sans aide.

Comment vider et assainir le logement ?

Il s’agit tout d’abord de procéder au tri des meubles et des objets accumulés. Difficulté notable : les Diogènes ont tendance à tout mélanger. De ce fait, il faudra s’armer de patience.

Ensuite, il faut mettre au débarras les objets encombrants et inutiles. Un camion-benne est souvent nécessaire.

Puis, il s’agit de remettre le logement en état. Cette étape est essentielle, puisqu’elle consiste à assainir et purifier le logement dégradé. La procédure préconisée est une méthode de désinfection utilisée en milieux hospitaliers : le bionettoyage.

Quelles pathologies annexes pour un Diogène ?

Le syndrome de Diogène est hélas, dans la plupart des cas, corrélée à d’autres pathologies qui rendent la prise en charge d’autant plus compliquée. Il peut s’agir de :

Nota bene : Venir en aide suppose bien plus que de nettoyer son logement quand elle a le dos tourné. Le nettoyage et le rangement sont indispensables, mais ils seront incessants si le problème de fond n’est pas traité.